« L’utopie n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé » Théodore Monod

J’ai fait ma première fugue à l’âge de 5 ans. J’ai traversé seule la ville en prenant un bus, des voyageurs faisaient poinçonner leur billet. Eh oui, il y avait des poinçonneurs !

Je suis arrivée chez elle c’était un jeudi après-midi. J’étais fière de pouvoir m’asseoir à la table des grands; pour le goûter il y avait du thé au lait et de la baguette épi. Il y avait Germaine, Jeanne et parfois Fernand. Je me sentais bien quand j’étais chez ma mémé Margueritte…

J’espère que petits et grands, jeunes et vieux, vous serez heureux de fuguer un peu jusqu’à ma Maison Margueritte pour y échanger des idées, y créer ensemble, y découvrir des artisans, déguster des nouveautés ou pour y jardiner tout simplement.